Histoire de cheveux

Evidemment, après avoir déjà fait un article sur le poids et un autre sur la peau, on passe aux cheveux !



Image par Jill Wellington de Pixabay


Ma nature de cheveux


Ayant des cheveux de méditerranéenne, leur forme change sans cesse. Toute petite j'avais d'abord de vraies anglaises toutes enroulées puis les cheveux tout lisses, puis ondulés/bouclés à l'adolescence et depuis quelques années ils sont plus ou moins ondulés en fonction de la coupe.

J'ai de la chance car j'en ai beaucoup et ils sont assez épais, ce qui me permet tout de même d'en faire un peu ce que je veux, ils tiennent bien les différents styles et résistent assez bien à tous les malheurs que je leur fais souvent subir


Ma mèche blanche


Petite particularité (que je vois d'ailleurs de plus en plus souvent), quand j'avais à peu près deux ans, mes cheveux ont commencé à tomber et à faire un petit trou sur le côté gauche de mon crane.

Evidemment ma mère était paniquée, surtout qu'ils ont fini par repousser, mais tout blancs !

Elle avait l'impression que tout le monde la regardait comme si elle était assez folle pour décolorer les cheveux de sa fillette elle-même.

Par contre, elle ne m'a jamais fait ressentir cela et a au contraire, toujours fait en sorte que j'en sois fière.

Je l'ai toujours adorée et la mode dès mèches apparue dans les années 90 a aussi participé au fait que ça n'a pas vraiment été compliqué à accepter pour moi. Au contraire, je demandais toujours à ma mère qui me faisait des coiffures incroyables tous les jours, de bien la mettre en avant.


Les colorations


Dès l'âge de 15 ans, j'ai commencé à vouloir changer la couleur de mes cheveux. Mon âme de pseudo ado rebelle (pas du tout) me criait de tester les cheveux rouges.

J'ai donc commencé par acheter, avec l'autorisation de ma mère, une coloration qui partait en quelques shampoings.

Etant brune, je ne m'attendais pas non plus à me retrouver avec un rouge flamboyant et les quelques reflets de cette première coloration avaient suffit à me convaincre. J'ai donc continué sur ce bordeaux pendant tout mon lycée.


J'ai eu des phases plus ou moins naturelles, jusqu'à ce que sortent les kits de Tie and Die.

Nous avons toujours été plutôt douées avec les activités manuelles dans ma famille et j'adore aller chez le coiffeur, mais nous avons toujours coupé et coloré nos cheveux nous-même.

J'ai donc décidé de me lancer et je n'ai pas regretté, surtout quand je voyais les horreurs que certains coiffeurs faisaient à mes amies.

Il y en a de très bons, mais il y en a aussi beaucoup qui ne se mettent pas à jour. Surtout, chacun a ses spécialités.


Depuis, j'oscille entre revenir à ma couleur naturelle et racheter des boîtes de décoloration pour tenter de nouvelles expériences.


Les gadgets


J'ai passé mon enfance (année 90 toujours) avec des pinces en papillons et des ressorts à diamants dans les cheveux. Bigoudis oui, mais uniquement pour les grandes occasions !


Révolution quand j'ai eu une quinzaine d'années : apparition du fer à lisser.

Lui et son cousin le fer à boucler ont changé nos vies capillaires sans aucun doute.


Aujourd'hui je ne les réserve plus que pour les soirées ou sorties ou j'ai envie d'être plus apprêtée.


J'ai acheté récemment une de ces brosses magiques qui sèchent et lissent en même temps et au vu des premiers résultats plus que satisfaisants, je pense en faire un article assez rapidement !


Les soins


Comme pour le reste, dès qu'on perçoit nos premiers salaires, on a tendance à se jeter sur les petits plaisirs ;)

J'avais donc constitué plusieurs routines, avec des masques, des démêlants, etc. Finalement, à part voir s'empiler des montagnes de produits, je n'ai pas vu de résultats particuliers.

Mes cheveux poussaient vite et étaient plutôt résistants, mais pas plus que quand je n'utilisais rien.

J'ai donc quasiment tout vidé, en ne rachetant rien tant que tout n'était pas fini.


J'ai ensuite cherché des alternatives plus naturelles et la seule qui m'a convaincue par son efficacité sur la texture de mes cheveux est la technique des bains d'huiles. J'ai essayé l'huile d'olive et d'avocat mais les odeurs n'étaient pas agréables.

Tout le monde recommandait l'huile de ricin à l'époque donc j'ai aussi testé mais je trouve ça trop épais donc il faut en utiliser une bonne quantité pour recouvrir toute la chevelure et c'est une huile qui coute assez cher.

L'huile de jojoba est correcte, pas de mauvaise odeur et régule bien les cheveux gras.


Mais la plupart d'entre vous verront où je veux en venir : l'huile de coco !

C'est mon MUST cheveux. Je n'utilise plus aucun masque ni démêlant, la plupart du temps je me lave simplement les cheveux avec un shampoing quelconque et c'est tout. Par contre quand je vois qu'ils sont en moins bonne forme, je fais un bain d'huile de coco. J'en ai toujours un pot dans ma salle de bains que je n'utilise que pour ça. C'est super économique, facile de s'en procurer au rayon bio de n'importe quel supermarché et sur mes cheveux c'est l'huile avec laquelle j'obtiens les meilleurs résultats.

Ils se démêlent tout seul, ont un aspect plus résistant, se coiffent facilement, etc.

Le seul hic est que j'avoue avoir un peu moins de volume, ce qui doit être dû au fait que les cheveux sont plus lourds.



Voilà le grand récap de ma situation capillaire, qui servira surtout à mieux comprendre les avis que je posterai sur les différents produits et gadgets que j'aurai envie de tester.


Bonne semaine à tous !